Affaire Françoise Pernin : 55 ans après le meurtre de sa tante, elle veut connaître la vérité

 
 
Auteur de l'article eleonore.bounhiol , publié le 02/09/2022 à 08:09
Françoise Pernin
DR - Famille Pernin
Le 16 janvier 1967, à Chevilly-Larue, en région parisienne, la jeune Françoise Pernin, âgée de 15 ans, est retrouvée sans vie, dans un fossé, deux jours après que sa famille ait signalé sa disparition. Elle a été victime des pires sévices.
Mais voilà : pendant des années, l’enquête piétine, et pas un seul suspect n’est interpellé... A tel point que le meurtre de la jeune fille est finalement prescrit en 1991.
Aujourd’hui, la nièce de Françoise Pernin, Alexandra, veut extirper ce cold case de l’oubli. Avec l’espoir, peut-être, de parvenir enfin à découvrir la vérité, 55 ans plus tard. Elle s’est confiée, pour Enquêtes de vérité, sur ce drame qui a bouleversé sa famille – et elle nous révèle ses propres suspicions.

Alexandra Pernin, une trentenaire originaire de la région parisienne, a grandi dans l’ombre d’un drame familial indicible. La sœur de son père, Françoise Pernin, a été victime d’un crime atroce, qui n'a jamais été élucidé.

Nous sommes en janvier 1967, à Villejuif, non-loin de Rungis et de l’aéroport d’Orly, dans le Val-de-Marne. C’est ici qu’habitent, à l’époque, le couple Pernin et trois de leurs jeunes enfants. Les deux petits derniers, Françoise, 15 ans, et Thierry, 13 ans, sont très proches. Françoise est une jolie jeune fille, mais elle souffre d’un léger handicap mental. « Il fallait l’aider à faire sa toilette à s’habiller », confiait à l’époque son papa, au Détective.

Du reste, l’adolescente, que ses proches surnomment affectueusement « Bibiche », est une enfant serviable, et elle a l’habitude d’aller faire quelques commissions pour ses parents en ville.

Le 13 janvier, elle doit justement se rendre chez le charcutier. Mais Françoise ne rentrera jamais. Au bout d’une heure, sa mère s’inquiète : elle envoie son frère faire un tour sur place. La vendeuse lui indique que l'adolescente vient tout juste de partir.

Pourtant, dans les rues alentour, malgré les battues organisées par le voisinage, aucune trace de l’adolescente. La famille alerte sans tarder le commissariat de Choisy-le-Roi, la ville voisine.

Affaire Françoise Pernin : le mystère de la mobylette rouge

Le lendemain, un avis de recherche est diffusé. Et très vite, les enquêteurs recueillent un témoignage troublant. Un homme résidant près des jardins ouvriers de la cité raconte avoir aperçu la disparue vers 19h30 le soir du 13 janvier, sur une mobylette rouge, en compagnie de deux jeunes garçons. L’un d’eux aurait même lâché, en direction de son camarade : « Eteins tes phares, tu vas nous faire repérer », rapporte le Détective.

Mais la piste est difficilement exploitable, à l’époque. Alors, les nuits passent, et l’angoisse grandit. Jusqu’au matin du lundi, le 16 janvier. Sur le chantier des Halles de Rungis, un ouvrier qui embauche à l’aube découvre avec effroi, dans un fossé creusé à la hâte, le corps retourné d’une jeune femme. « Elle avait les cuisses violettes, comme truffées de coups », confiera le témoin au Détective.