Affaire Jubillar : quelle est la thèse privilégiée par les enquêteurs ?

 
 
Auteur de l'article eleonore.bounhiol , publié le 23/11/2022 à 11:11
La disparition de Delphine Jubillar
Il y a près de deux ans, Delphine Jubillar disparaissait, dans le village de Cagnac-les-Mines, au cœur du Tarn. Son mari, Cédric, dort en prison, mis en examen pour son meurtre. Mais le corps de la mère de famille demeure introuvable. Une journaliste a mené l’enquête. Elle révèle, dans un livre, la piste que semblent désormais privilégier les enquêteurs.

Pas de corps, pas de scène de crime, pas d’aveux. Depuis près de deux ans, l’affaire Jubillar obsède et fascine. Dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, Delphine Jubillar, une infirmière de 33 ans, disparaissait sans laisser de traces à Cagnac-les-Mines (Tarn), laissant derrière elle ses deux enfants et son mari, Cédric.

Après plusieurs mois d’enquête, ce dernier est mis en examen pour « meurtre sur conjoint » et placé en détention provisoire. Mais voilà : il nie, et les indices sont minces. Certes, le couple traversait quelques difficultés, financières notamment, et Delphine avait pris un amant. Mais sans corps, et sans scénario établi, difficile de collecter plus de preuves.

Delphine, une « femme simple, aimée de tous »

Pourtant, au fil des semaines, de nouveaux éléments troublants vont faire surface. Cédric Jubillar aurait notamment fait d’étranges confidences à l’un de ses codétenus, à qui il aurait avoué le meurtre, et donné des indications sur l’endroit où se trouverait le corps de sa femme.

Pour autant, les nombreuses fouilles organisées depuis dans la région n’ont rien donné. Et l’ancien plaquiste martèle qu’il n’a rien à avoir avec la disparition de Delphine, tandis que ses avocats ne cessent de demander sa remise en liberté.

Valentine Arama, journaliste au Point, s’est longuement penchée sur le mystère Jubillar. Elle a publié un livre, Delphine Jubillar, une disparition (éd. Du Rocher), qui retrace son enquête. Elle qui a rencontré les proches de la disparue, décrit la disparue chez Marianne TV comme une « femme très simple, aimée de tous, et une mère de famille qui chérit ses enfants ».

La jeune femme revient également dans son ouvrage sur le travail des enquêteurs, et la thèse qu’ils semblent privilégier aujourd’hui.