Corse : le mystère impossible de la “femme sans tête” de Miomo

 
 
Auteur de l'article eleonore.bounhiol , publié le 30/06/2022 à 11:06
Le village de Miomo (Corse)
Adobe Stock
Le 9 août 1988, à Miomo, en Corse, le corps dans tête d’une femme est découvert dans un caveau familial. Le cadavre desséché est celui de Gabrielle Niclot, une infirmière bretonne de 29 ans, disparue près de 10 ans plus tôt dans la région alors qu’elle y séjournait pendant ses vacances. Que s’est-il passé ? Aujourd’hui encore, le « femme sans tête » n’a pas livré tous ces secrets…

Tout commence le 10 septembre 1979, à l’heure où l’Ile de Beauté se déleste de ses derniers vacanciers. Ce jour-là, les proches de Marcelle Nicolas, une jeune infirmière bretonne de 29 ans, se rendent au commissariat de Bastia pour signaler sa disparition. La maman célibataire passait ses vacances au camping de Miomo, avec son fils de 8 ans. Elle n’est jamais rentrée chez elle, en région parisienne.  

Très vite, une enquête est ouverte, et les policiers corses s’enquièrent des quelques témoins qui ont croisé la route de Marcelle pendant ses congés. Ils décrivent une femme « libérée », qui aime s’amuser et aurait souvent confié son jeune fils aux employés du camping pour aller faire la fête. A part ça, rien.

La jeune femme a pourtant bien décalé, à la dernière minute, son départ, initialement prévu au 25 août. Son fils était malade. Le 26 août, elle se rend à l’hôtel de police pour demander l’adresse d’un médecin. Elle est inquiète, diront les témoins, voire très agitée. Problème : l’enfant n’est pas avec elle. Et lorsque le médecin se déplace, c’est en vain, car le petit garçon n’est pas avec sa mère à l’hôtel.

La femme sans tête de Miomo : le choc de la découverte

Marcelle et son fils sont introuvables depuis. Et l’enquête s’enlise.

Jusqu’au 9 août 1988, soit près de 10 ans plus tard. Ce jour-là, un employé du cimetière de Miomo s’affaire à préparer le caveau familial d’un habitant dont les funérailles approchent. Il découvre alors avec stupeur, dans la crypte, un corps partiellement momifié, desséché, et sans tête.

La découverte fait grand bruit dans la région. Qui a bien pu jeter ce cadavre dans le caveau, et surtout, qui est la victime?

Une autopsie est pratiquée sur la dépouille. Les analyses sont formelles : il s’agit de Marcelle Nicolas, l’infirmière disparue.

La jeune femme a été battue à mort : on relève près de 60 fractures sur son corps. Sa tête a été découpée à la scie électrique. La barbarie du crime laisse sans voix. Qui a bien pu en vouloir à ce point à cette jeune bretonne sans histoires ?