Double meurtre des époux Muller à Izon : vengeance ou crime sexuel ?

 
 
Auteur de l'article La rédaction , publié le 16/12/2021 à 17:12
Il a semé la terreur dans la région pendant des années
Adobe Stock
Jean-Claude et Sylvianne Muller, 58 et 50 ans, sont tués sauvagement dans leur maison de Gironde en décembre 2019. La scène de crime est d'une violence rare. Deux ans plus tard, plusieurs pistes sont évoquées, mais rien ne permet d'expliquer ce qu'il s'est passé cette nuit-là.

Une mise en scène macabre pour un crime d’une extrême violence. Dans la nuit du 14 au 15 décembre 2019, Jean-Claude et Sylviane Muller, âgés de 58 et 50 ans, sont assassinés sauvagement dans leur maison d’Izon, en Gironde. Ce matin d’hiver, les gendarmes qui pénètrent dans la chambre à coucher du couple découvrent alors une scène d’une violence rare, explique Le Parisien

Double meurtre d’Izon : une mise en scène macabre

Des projections de sang ont tâché les murs de la pièce, le lit et le carrelage en sont couverts et les corps semblent avoir été déplacés dans une savante mise en scène. Le père de famille est sur le dos, entièrement nu, et ses jambes pendent en-dehors du lit. Son épouse est au sol, sur le ventre, mais porte une chemise de nuit. Les traces de sang sur le sol laissent penser que le corps a pu être traîné d’un côté à l’autre du lit. 

À cette mise en scène s’ajoute un rare acharnement sur les victimes, particulièrement Sylviane Muller. Les quinquagénaires ont été tués de plus d’une dizaine de coups de couteau, rappelle le quotidien francilien, au niveau du cœur. « Les stigmates d’un égorgement », sont également visibles sur les deux corps. Pour ajouter à l’horreur, la mère de famille a été rouée de coups au visage et « son meurtrier semble s’être acharné sur elle avec une grande perversité », ajoute Le Parisien. Elle porte les traces d’un viol avec un objet, dont ne sait pas s’il était ante ou post-mortem. Des éléments matériels ont aussi été abîmés, notamment un soutien-gorge et son sac à main, en partie brûlés dans la cuisine. Un pneu de sa voiture a été crevé. Seule la chienne du couple a survécu.

Deux ans après cette macabre découverte, les gendarmes ne peuvent toujours pas expliquer exactement ce qu’il s’est passé cette nuit-là. Le couple, marié depuis trente ans, semble uni et proche de ses deux filles mais des histoires plus sombres et inattendues ont aussi ponctué leur vie peu de temps avant le drame. Drogue, sexe, vengeance… Les enquêteurs se penchent sur différentes pistes.