Du Tarn à l’Ukraine, l’incroyable histoire du « pire » arnaqueur de France

 
 
Auteur de l'article eleonore.bounhiol , publié le 31/03/2022 à 17:03
Un masque
Adobe Stock
Il s’appelle Tony Peillon, il a 26 ans et déjà de nombreuses escroqueries à son actif. Pour cause ; pendant des années, il est parvenu à échapper à la justice. Dans le Tarn, l’Hérault et même à Paris, il a arnaqué et volé de nombreuses victimes. Il vient d’être interpellé après avoir trempé cette fois dans une sombre affaire de trafic d’armes en Ukraine. Portrait d’un arnaqueur « aux mille visages ».

On l’appelle le « Rocancourt du Tarn », en référence à Christophe Rocancourt, l’escroc des stars.

En 2018, Tony Peillon, alors âgé de 22 ans, va faire parler de lui dans toute la France. A l’époque, le jeune homme, origine d’Albi, dans le Tarn, est recherché pour avoir escroqué des dizaines de personnes dans sa région, mais aussi dans l'Hérault, et en région parisienne.

Auprès de ses victimes, Tony se fait passer, tour à tour, pour un riche PDG, un créateur de mode, un pilote de moto ou encore un gendarme. Grâce à un certain bagout, il arrive à s’attirer la sympathie de tout un petit monde... qu’il va rouler dans la farine.  

Dans un premier temps, il commence par arnaquer des restaurateurs, avec une technique bien rôdée. Sur place, il s’installe, confiant et se fait servir les plats les plus raffinés. Au moment de régler la note, il dégaine une carte volée, ou bloquée. Il prétexte alors d’aller retirer de l’argent avant de revenir payer, mais disparait.

Bientôt, il invite, en grand prince, des « clients » qu’il séduit avec des projets ambitieux et des promesses d’investissements fructueux. Mais au moment de régler la note vertigineuse du restaurant ou du casino, il s’enfuit.

Tony Peillon : l'escroc inarrêtable

Un temps, il se fait même héberger chez des amis, et en profite pour leur voler chéquiers, cartes bleues et argent liquide.

En tout, Tony Peillon réussit à glaner plusieurs dizaines de milliers d’euros et mène grand train. Jusqu’à ce que la police s’intéresse à « l’arnaqueur d’Albi ». Mais malgré une enquête minutieuse, les forces de l’ordre ne parviennent pas à mettre la main sur le jeune escroc, qui demeure introuvable.

En mai 2018, il est tout de même condamné à 7 mois de prison ferme pour « vols » et « escroqueries ». Mais la crainte d’être rattrapé par la justice ne l’empêche pas de poursuivre ses activités…