En Corrèze, la disparition de Lesline Ravel, qui rappelle le cas Jubillar

 
 
Auteur de l'article eleonore.bounhiol , publié le 29/04/2022 à 17:04
Un champ en Corrèze
Adobe Stock
Dans la nuit du 14 au 15 décembre 2020, Delphine Jubillar s’évaporait sans laisser de traces. Aujourd’hui, l’enquête autour de sa disparition accapare la rubrique faits-divers de tous les journaux. Mais à l’inverse, peu mentionnent l’histoire de Lesline Ravel, une jeune-femme qui a connu le même sort en décembre 2018, à 200 kilomètres de Cagnac-les-Mines. Récit.

C’est « l’autre affaire Jubillar » dont vous n’avez peut-être pas entendu parler. La disparition de Lesline Ravel. Les similitudes entre les deux affaires sont troublantes. Deux femmes qui disparaissent, en décembre 2018. Deux maris aujourd’hui derrière les barreaux, soupçonnés de les avoir tuées. Deux corps jusqu’ici introuvables.

Le 31 décembre 2018, Hervé Ravel signale la disparition de sa femme, Lesline, une caissière de supermarché de 39 ans, à la gendarmerie de Brive-la-Gaillarde (Corrèze). Il explique que la veille, ils se seraient disputés chez eux, à Lascaux. Lesline serait alors partie dormir chez sa belle-sœur. Les deux enfants du couple confirment. Sauf que la mère de famille ne serait jamais revenue.

Le 2 janvier, sa voiture est retrouvée, accidentée, dans un ravin. Plus loin, dans le bois, des chiens pisteurs retrouvent un stick à lèvres, un blouson, un pantalon et une protection hygiénique usagée lui appartenant. Mais toujours aucune trace de Lesline.

Une enquête est ouverte, et les gendarmes vont s’intéresser de près à la vie du couple. Ils découvrent que les relations étaient loin d’être au beau fixe entre Hervé et Lesline. Du propre aveu du mari, les deux se querellaient beaucoup, et très violemment, sur fond d’alcool. L’homme avoue même qu’il assène « des grosses tartes » à sa compagne lorsqu’elle lui balance des objets à la figure.

Surtout, les enquêteurs apprennent que Lesline, lassée de cette violence, voulait divorcer.

Disparition de Lesline Ravel : le téléphone au cœur de l’enquête

Le soir de sa disparition, Hervé Ravel aurait tenté de joindre sa femme à plusieurs reprises : à 17h10, à 19h22, et à 21h31, soit environ toutes les deux heures. Le lendemain, il l’appelle à nouveau, à 10h55. Sauf qu’entre le 30 décembre, à 22h54, et le 31 décembre, à 8h25, soit peu avant que l’homme ne vienne signaler la disparition de Leslie, le téléphone de la jeune femme est soudainement intraçable.