« Il ne restait que son squelette » : les 9 mois interminables vécus par la mère de Maëlys

 
 
Auteur de l'article eleonore.bounhiol , publié le 27/01/2022 à 15:01
La maman de Maëlys lors d'une marche blanche en hommage à la fillette
Jennifer Cleyet-Marrel, la maman de la petite Maëlys, disparue tragiquement le 27 août 2017 à Pont-de-Beauvoisin, se confie comme rarement à quelques jours du procès de Nordahl Lelandais, soupçonné de l'enlèvement et du meurtre de la fillette.

Dans un livre intitulé Maëlys, la maman de la fillette disparue en août 2017 se livre et raconte en détails le long calvaire enduré par sa famille depuis l’enlèvement et le meurtre de sa fille. Cinq ans plus tard, et à l’approche du procès de Nordahl Lelandais, Jennifer Cleyet-Marrel évoque la longue attente et l’angoisse tout au long de l’enquête, mais aussi la douleur insupportable d’une mère qui a perdu son enfant dans des circonstances innommables.

Les derniers moments de Maëlys avec sa maman

Depuis le drame, cette maman de 42 ans tente de se reconstruire. Mais l'absence de sa fille, dont elle parle encore au présent, et la culpabilité, l’en empêchent encore. Dans son livre, elle se rappelle avec émotion les derniers moments passés avec sa fille, ce soir-là, lors du mariage de son cousin à Pont-de-Beauvoisin. Vers deux heures du matin, Maëlys fait une pause dans la danse pour venir goûter le dessert, sur les genoux de sa maman. Jennifer lui fait alors un dernier bisou. Sans savoir qu’il s’agissait du dernier. 

« Depuis que Maëlys a disparu, je n’ai jamais oublié une seconde que j’étais en train d’attendre », confie Jennifer dans son livre.
Lorsque Nordahl Lelandais est placé en garde à vue, quelques jours après la disparition de la fillette, la famille nourrit alors l’espoir qu’il parle. Mais l’ancien militaire nie. 
Il faudra attendre six mois, jusqu’au 14 février 2018, pour que l’attente, terrible, s’achève en partie. C’est ce jour-là que Nordahl Lelandais va finir par mener les enquêteurs jusqu’à l’endroit où il aurait caché le corps de Maëlys. Seulement, plus de six mois après la disparition de la fillette, ils ne trouveront que des restes humains. Pour la famille, l’annonce sonne à la fois comme un soulagement, celui d’avoir enfin retrouvé Maëlys, et comme un terrible coup du sort.