“L'Annihilateur de la servante”, le précurseur de Jack l'Éventreur

 
 
Auteur de l'article eleonore.bounhiol , publié le 28/04/2022 à 16:04
La ville d'Austin (Texas) en 1888
©Wikimédia Commons
On connaît tous l’histoire de Jack l’éventreur, le tueur en série londonien qui a plongé la Grande-Bretagne dans la psychose en 1888.
Quelques années plus tôt, de l’autre côté de l’Atlantique, un dangereux criminel sévissait déjà dans l’état du Texas, massacrant des jeunes servantes à la hache. Longtemps, on a bien cru que « l’annihilateur de la servante » et l’éventreur de Londres n’étaient d’ailleurs qu’un seul et même tueur, qui, à la faveur d’un voyage en bateau, aurait décidé d’élargir son périmètre criminel à l’Europe…

« Un fou rusé, obsédé à l’idée de tuer des femmes ». En décembre 1885, c’est ainsi que le New York Times parle du « meurtrier à la hache d’Austin », l’un des premiers tueurs en série dont les actes ont connu un retentissement mondial.

Une nuit de février 1886, dans la ville d’Austin, au Texas, un incident éclate dans le quartier de Mastontown. Un homme, visiblement enragé, aurait décidé de s’en prendre à une jeune femme, au cœur d’un saloon : il la traîne de force jusqu’à une maison avoisinante. Sur place, les voisins entendent des cris, des coups et des insultes. La police est dépêchée sur place. L’homme n’a pas l’intention de se laisser interpeller : il tente d’attaquer les agents avec un couteau. L’un d’eux tire sur le suspect pour se défendre : il s’écroule. Nathan Elgin, 19  ans, décèdera le lendemain de ses blessures. Au moment de pratiquer l’autopsie, le légiste remarque un détail curieux sur le défunt : il lui manque un orteil au pied droit…

Un tueur en série à la hache : la psychose à Austin

Entre 1884 et 1885, la ville d’Austin est frappée par une série de meurtres particulièrement violents, qui semblent tous répondre au même mode opératoire. De jeunes employées de maison sont attaquées au beau milieu de la nuit, dans leur lit, et frappées à la tête par une hache, avant d’être traînée dans leur jardin, où elles sont violées et mutilées par leur agresseur. Pas de doute : ces meurtres sont l'oeuvre d'un seul et même détraqué. On l’appelle alors « l’annihilateur de la servante ».

Au début, on pense à un acte communautariste, car les 5 premières victimes sont des femmes noires, servantes ou employées de maison. En 1885, un homme, le fiancé de Gracie, attaquée par le tueur, est tué avec elle. Finalement, le 24 décembre 1995, le « monstre » massacre deux employées blanches. Ses victimes sont alors au nombre de 8.

Pendant des mois, le mystérieux « tueur à la hache » échappe aux autorités.

L’homme est tellement insaisissable que la communauté afro-américaine, adepte du vaudou, est convaincue qu’il s’agit d’un homme blanc aux pouvoirs diaboliques lui permettant de se rendre invisible et d’empêcher les chiens d’aboyer.

La psychose s’installe dans la ville texane. On recrute de nouveaux agents, et la police triple son effectif. Un couvre-feu est instauré, et des habitants organisent même des patrouilles à la tombée de la nuit. Les voyageurs et les inconnus sont rapidement écartés de la ville : on ne peux plus faire confiance à personne. Les bars et saloons, d’ordinaire ouverts toute la nuit, sont contraints de fermer à minuit. Partout, les visages sont angoissés, et la terreur rode.