Le calvaire de Marie, 67 ans, violée par une cinquantaine d’hommes

 
 
Auteur de l'article eleonore.bounhiol , publié le 05/04/2022 à 16:04
La main d'une femme endormie
Istock
L’horreur. C’est une histoire à peine imaginable sur laquelle travaillent depuis plus d’un an les enquêteurs du Vaucluse. Une affaire de viol avec… près de cinquante suspects, tous soupçonnés d’avoir abusé de Marie, une paisible retraitée de 67 ans. Les agressions auraient été orchestrées pendant près de dix ans par son propre mari, qui n’aurait pas hésité à la droguer jusqu’à l’inconscience, pour que tout ce petit monde puisse commettre ces atrocités en toute impunité pendant qu'elle dormait profondément.

Depuis plus d’un an, le parquet d’Avignon planche sur une affaire sordide, et hors du commun. Dans la région, pas moins d’une cinquantaine d’hommes sont soupçonnés d’avoir violé une retraitée de 67 ans, pendant près de 10 ans. Son mari est quant à lui suspecté d’avoir drogué son épouse pour permettre ses agressions, qu’il aurait sciemment organisées.

Tout commence le 12 septembre 2020, dans un supermarché de Carpentras (Vaucluse). Ce jour-là, l’agent de sécurité remarque qu’un homme est en train de filmer avec son téléphone sous les jupes des clientes. Les policiers de la sureté départementale sont appelés sur place, et interpellent le suspect. C’est un homme de 68 ans, qui vit dans la commune de Mazan. Et si à première vue, cet électricien à la retraite n’a rien d’un dangereux criminel, les enquêteurs ne vont pas tarder à découvrir l’ampleur de sa perversité.

Lors d’une perquisition au domicile du sexagénaire, les policiers récupèrent un ordinateur, un appareil photo et un caméscope. Ce qu’ils contiennent glace le sang. Des photos dénudées de la Marie, la femme du suspect, une retraitée de 67 ans, côtoient des conversations très explicites de l’homme avec divers interlocuteurs, portant sur de nombreux abus qui auraient eu lieu au domicile conjugal.

Livrée à des inconnus dans son sommeil

Le parquet d’Avignon décide alors d’ouvrir une enquête pour « viols aggravés ».

Et au fil de l’enquête, les révélations toutes plus sordides les unes que les autres, vont s’enchaîner. Les policiers recensent, chez le retraité, des dizaines d’ordonnances de somnifères, qu’il aurait utilisé pour droguer sa femme jusqu’à l’inconscience.

En novembre 2020, deux mois après son interpellation au supermarché, le retraité est à nouveau convoqué au commissariat. Sa femme l’accompagne. Elle est alors loin de se douter de ce qui l’attend. Sur place, alors que son mari est mis en examen les enquêteurs lui apprennent que son mari est soupçonné de l’avoir droguée pour abuser d’elle, et, comble de l’horreur, de l’avoir livrée à d’autres hommes pendant son sommeil.