L’histoire glaçante du « Voyeur », le corbeau le plus célèbre des Etats-Unis

 
 
Auteur de l'article eleonore.bounhiol , publié le 20/10/2022 à 13:10
Un voyeur
Istock
En 2014, Maria et Derek Broaddus s'offrent un superbe pavillon dans une banlieue new-yorkaise cossue. Ils sont alors loin de se douter de l'enfer qui les attend sur place. Voici la vraie histoire du « Watcher » (« Le Voyeur »), l’anonyme qui a fait trembler l’Amérique de 2014 à 2019 et dont l'épopée machiavélique fait l’objet d’une série à succès sur la plateforme Netflix.

Dans la série Netflix The Watcher, il s'appellent Dean et Nora. Dans la vraie vie, ce sont Maria et Derek Broaddus.

Au départ, c’était la maison rêvée pour la famille Broaddus. Au 657 Boulevard, dans la petite ville bien tranquille de Westfield, dans le New-Jersey, se dresse une imposante demeure dans le style Hamptons. En 2014, Derek et Maria Broaddus se l’offrent pour la bagatelle de 1,3 million de dollars. Le couple de New-Yorkais y voient déjà grandir leurs trois enfants, âgés, à l’époque, de 5 à 10 ans.

Mais rien ne va se passer comme prévu.

Quelques jours après avoir conclu la vente, la famille reçoit un premier courrier, alors qu’elle na même pas encore posé ses cartons. L’enveloppe s’adresse au « nouveau propriétaire », et son contenu est, pour le moins, inquiétant.

Les lettres glaçantes du « Watcher »

« Cher nouveau voisin du 657 Boulevard, bienvenue », commence la missive, avant de prendre une tournure glaçante. Le mystérieux correspondant assure que sa famille « surveille » la demeure depuis des décennies, et qu’il entend bien continuer, en observant de près la famille Broaddus.

« Je passe devant la maison plusieurs fois par jours. Le 657  c’est mon métier, ma vie, mon obsession. Et maintenant, vous aussi, famille Braddus ».

Il rajoute :

« Vous devez remplir la maison avec du sang neuf »

Et de conclure : « Bienvenue, mes amis, bienvenue. Que la fête commence ». La lettre est signée : « Le Voyeur ».

Le sang de Derek et Maria ne fait qu’un tour. Ils informent la police de Westfield de la curieuse correspondance, et ces deniers les conseillent d’en parler aux anciens propriétaires. Ces deniers assureront aux Broaddus qu’ils n’ont reçu qu’une seule lettre similaire en 23 ans… Alors que la famille nouvellement emménagée va être véritablement harcelée de missives anonymes, de plus en plus menaçantes, détaillant tous les faits et gestes de la famille.

Derek, Maria et leurs trois enfants finissent par déserter la maison, quelques jours seulement après avoir récupéré les clés. Très vite, ils n’ont qu’une obsession : trouver l’identité du « corbeau » qui menace de s’en prendre à eux.

Ils pensent d’abord à un enchérisseur malheureux, dont la proposition d'achat n’aurait pas été retenue, mais il n’en est rien, selon l’agent immobilier. Serait-ce, alors, un voisin jaloux, car le 657 est la plus grande maison du quartier ? Les Broaddus ne sont pas au bout de leurs surprises…