Messes noires et sacrifices d’enfants : l’histoire du dernier procès de sorcellerie en France

 
 
Auteur de l'article eleonore.bounhiol , publié le 16/09/2022 à 16:09

Procès en sorcellerie de la Haye-du-Puits : qui étaient les accusés ?

Au fil des semaines, une centaine de personnes finit par être arrêtée, et jetée en prison, au château de La-Haye-du-Puits, où doit se tenir le procès. Certains ont été dénoncés ; d’autres se seraient présentés d’eux-mêmes.

Et l’horreur semble sans limites : il est même bientôt avéré que deux curés de la région feraient partie des « fidèles » se réunissant dans le bois pour s’adonner à ses pratiques satanistes.

De nombreux suspects sont confondus par la « marque du diable », une brûlure que les officiers se mettent à chercher scrupuleusement chez toutes les personnes qu’ils interrogent.

A l’issue des audiences, sommaires, les juges prononcent 34 sentences, dont neuf condamnations à mort. La peine sera confirmée, en appel, par le Parlement de Rouen.  

Mais en 1670, le Roi-Soleil, Louis XIV, casse le jugement. Il annule les condamnations à mort, qui sont commuées en bannissement à vie hors de Normandie.