« Mon histoire, c’est celle de tant de personnes » : le récit d’Isabelle, victime d’une tentative de féminicide et rescapée du pire

 
 
Auteur de l'article eleonore.bounhiol , publié le 16/09/2022 à 17:09
L'ombre d'une femme
Istock
INTERVIEW. Le témoignage d’Isabelle est courageux, et rare. Il y a un an et demi, cette maman de trois enfants a survécu à une tentative de féminicide. Son ex-conjoint, ne supportant pas la rupture, la traquait depuis des semaines. Le 22 février 2021, il a surpris la mère de famille dans le hall de son immeuble, tirant sur elle à bout portant, à deux reprises.
Aujourd’hui, Isabelle témoigne sur le caractère insidieux des violences conjugales ordinaires, et publie un livre-témoignage aux éditions City, Laissée pour morte. Elle s’est confiée, pour Enquêtes de vérité.

Le 22 février 2021, la vie d’Isabelle Bauer, professeure des écoles et mère de trois enfants, bascule à tout jamais.

Son ex-compagnon, qui la harcèle depuis des mois, surgit dans le hall de son immeuble et lui tire dessus à deux reprises, à bout portant.

« D’abord, il y a une première déflagration. Violente. Assourdissante. […] Je ne l’ai pas vu tirer. J’étais déjà à terre », écrit Isabelle dans son livre, Laissée pour morte, dans l’enfer des violences conjugales ordinaires (ed. City).

Touchée à la fesse et au pubis, Isabelle s’écroule. L’homme qui a partagé sa vie pendant près de 30 ans, le père de ses enfants, vient de tenter de l’assassiner, avant de se donner la mort.

Prise en charge rapidement par les secours, elle est soignée en urgence à l’hôpital. C’est une miraculée. Mais les séquelles seront de taille.

« Jamais je n’aurai imaginé qu’il puisse faire un tel geste. Il m’était impossible de vivre avec cette peur, que quelqu’un que vous connaissez intimement puisse vouloir vous faire du mal, ça n’est pas enregistrable pour le cerveau », nous raconte la mère de famille.

Isabelle, rescapée d’un féminicide : « Je ne m’apercevais pas de ce que j’endurais »

Il ne l’avait jamais frappée. Mais pour Isabelle, l’enfer a véritablement commencé lorsqu’elle a quitté cet homme.

« Quand je regarde ma vie, il y avait des signes annonciateurs. Mais il y avait un côté insidieux à ma situation. Ça parait tellement banal, tellement ordinaire, car après tout je suis une femme comme tant d’autres, qui a vécu sa vie de famille, qui ne s’apercevait pas de ce qu’elle endurait, j’étais enfermée dans un carcan. Mon histoire est celle de tant de personnes », poursuit Isabelle Bauer.

Mais un beau jour, après 28 ans de vie commune, elle décide de fuir. « Au cours des dernières années de couple, je me suis rendue compte que j’avais des désirs, des envies, des projets, qui ne se feraient pas, j’ai fermé beaucoup de portes car cela ne l’intéressait pas. Et puis, il y a eu deux évènements principaux », raconte Isabelle.