« Mon histoire, c’est celle de tant de personnes » : le récit d’Isabelle, victime d’une tentative de féminicide et rescapée du pire

 
 
Auteur de l'article eleonore.bounhiol , publié le 16/09/2022 à 17:09

Isabelle, rescapée d’un féminicide : « J’ai eu du mal à me considérer comme une victime pendant longtemps »

Isabelle Bauer veut se battre, pour ses trois enfants. Mais aussi briser le silence, pour aider les autres.

C’est important de montrer que quelque chose qui semble ordinaire ne l’est pas tant que ça. J’espère dans ce sens que mon témoignage pourra aider d’autres personnes, qu’elles soient dans cette situation, ou qu’il s’agisse de leurs proches… Qu’ils puissent arriver à comprendre ce décalage de vision », insiste la professeure des écoles. Elle poursuit :

On pourrait me traiter d’aveugle, de naïve. Je l’entends, mais j’ai eu du mal à me considérer comme une victime pendant longtemps, car pour moi, cela voulait dire qu’on était sous la coupe de quelqu’un, impuissante, qu’on ne s’était pas défendue. Moi, au contraire, ma vie m’a semblé une série de situations où je n’étais pas victime, mais plutôt dans lesquelles je faisais des choix, des concessions, pour ne pas l’être… - Isabelle Bauer, auteure de Laissée pour morte, dans l’enfer des violences conjugales ordinaires

Pour elle, toutefois, il existe un moyen pour sortir de l’enfermement. « Il faut vraiment avoir des activités personnelles, travailler, voir ses amis, en dépit des injonctions. C’est cela qui m’a permis de partir, de faire ce premier pas, parce que j’étais entourée, j’avais des ressources », explique-t-elle.

Quant à l’entourage des victimes, Isabelle leur conseille de rester toujours à l’écoute, de prêter une oreille bienveillante tout en distillant, petit à petit, quelques vérités, mais sans jamais exercer de jugement.

Laissée pour morte, dans l’enfer des violences conjugales ordinaires, Isabelle Bauer – éditions City, 18€50

Lire aussi :