125 ans plus tard, le message touchant d’un enfant de cœur retrouvé dans une église

 
 
Auteur de l'article eleonore.bounhiol , publié le 13/06/2022 à 17:06
Un enfant tient une bougie
Istock
« Cher ami ». C’est ainsi que commence une missive, retrouvée il y a quelques mois dans une église de Sunderland, au nord-est de l’Angleterre. Elle avait été placée sous un banc il y a plus de 125 ans par un petit garçon de 13 ans à l’époque où l’établissement était rattaché à un orphelinat. Son message a ému tout le pays.

C’est un message caché, déposé là par un petit garçon qui ignorait encore de quoi demain serait fait.

Reste qu’en 2021, lors de travaux dans l’église de Sunderland, une ville au nord de l’Angleterre, les équipes ont découvert, dans les plis de l’un des bancs en bois, un ancien livret de messe couvert de poussière.

Les conservateurs ont travaillé dur pour le rendre lisible, et leur récompense a été à la hauteur de leurs efforts. Par-dessus les noms des cantiques, on a écrit plusieurs phrases à la main.

« Cher ami, quiconque trouvera ce papier, pensez à William Elliott, qui avait deux mois, deux semaines et quatre jours le 11 aout 1897. Ne jetez pas ce papier, qui que vous soyez, et gardez-le en mémoire de moi, William Elliott. J’étais le premier enfant de cœur de la chorale. Je vous aime si vous m’aimez ».

La découverte secoue la ville entière. Très vite, on consulte les archives, pour découvrir l’identité du mystérieux garçon dont le message a véritablement voyagé dans le temps.

William était à l’époque hébergé dans l’orphelinat rattaché à l’église. Son père, un officier, était mort en mer en 1887, et sa mère, ne pouvant plus s’occuper seule de lui, l’avait temporairement inscrit dans l’établissement.

Il en est parti le 29 octobre 1897, soit quelques semaines avant l’écriture de la fameuse lettre. Il avait alors 13 ans. Se sentait-il triste à l’idée de quitter l’orphelinat, d’où l’idée de cacher la missive pour laisser une trace de son passage ?

Le petit garçon est devenu un héros de guerre aux Etats-Unis

Mais les chercheurs bénévoles ne se sont pas arrêtés là. Ils ont retracé l’ensemble de la vie de William. Après avoir quitté l’établissement, le jeune garçon, très bien éduqué, aurait travaillé pour un notaire.

Deux ans plus tard, il rejoint sa grande sœur et émigre aux Etats-Unis, où à seulement 19 ans, il s’engage dans la Navy. Sa carrière dans l’armée américaine va durer 42 ans. Il a participé à la Première Guerre mondiale, avant de s’engager à nouveau en 1939 et d’obtenir le grade de commandant. William a ensuite pris sa retraite peu après l’armistice de 1945.

L’ancien enfant de chœur a été marié trois fois, et veuf à deux reprises. Il a eu deux enfants.

Il s’est éteint à l’âge de 84 ans à San Diego, en Californie, et repose désormais au Cimetière d’Arlington, à Washington, où sont enterrés plus de 14 000 vétérans.

A Sunderland, on a désormais encadré sa lettre, qui trône sur les murs de l’ancienne église, reconvertie en centre d’activités, juste à côté du banc où il l’avait glissée il y a 125 ans.

En Angleterre, le message a inspiré le projet « Cher ami », invitant des anonymes à répondre, s’ils le souhaitent, à William.

Lire aussi :

Les mystères de la « Lettre du diable », écrite par une bonne-sœur il y a 400 ans.

La bête d’Exmoor, l’étrange animal qui terrorise l’Angleterre