Dans la Sarthe, le “chêne au Diable” hanté par ces pendus

 
 
Auteur de l'article eleonore.bounhiol , publié le 11/08/2022 à 14:08
Un chêne
Istock
Dans le bois de Villaines-sous-Malicorne, au cœur de la Sarthe, trône un vieux chêne dont les locaux ont pris l’habitude d’éviter le chemin. Pour cause : au Moyen-Age, le seigneur local y aurait fait pendre de nombreux innocents… Aujourd’hui, on dit que leurs esprits torturés hantent les branches de l’arbre maudit.

L’histoire de France recèle d’épisodes particulièrement barbares… L’un d’eux s’est produit dans les bois de Villaines-sous-Malicorne, dans la Sarthe, et hante encore les feuillages d’un vieil arbre, surnommé « le chêne au Diable ».

En 1410, le seigneur Adam de Crez règne sur les terres alentours, et sa cruauté fait trembler tout le comté.

Il possède droit de justice sur toute la région. Et ceux qu’il désigne sans autre forme de procès sont pendus au chêne, qui se situe à l’époque au milieu d’une route très fréquentée. Une manière pour le Seigneur d’assoir sa domination et d’inspirer la crainte aux voyageurs. Du moins, c’est ce que raconte la légende locale.

« Entendre les pendus claquer des dents »

« Les gens d’armes du seigneur emmenait le coupable nu et en chemise, la corde au cou, à pied jusqu’au fameux chêne où il était pendu » raconte Daniel Guérinet, historien local, à Ouest France.

D’ailleurs, jusqu’à récemment, le journal raconte qu’une pancarte était apposée près de l’imposant arbre, sur laquelle les promeneurs pouvaient lire :

« Les jours de grand vent, promeneur, passe au large si tu ne veux pas entendre les pendus claquer des dents. » 

Simple mythe ou terrible réalité historique ? Dans la région, en tout cas, l’illustre chêne attire depuis toujours les curieux. Pourtant, « Les spécialiste estiment qu’il aurait au plus entre 300 et 350 ans », indique le site sarthedecouverte.com. En 1410, donc, il est peu probable que l’on ait véritablement pu croiser sa route.

Pour Daniel Guérinet, toutefois « Toute légende a sa part de vérité... », confie-t-il dans Ouest France.

Lire aussi :

En 1955, un fantôme semait la panique dans ce village des Alpes

En 1518 à Strasbourg, une curieuse épidémie de peste fait danser les malades

Pour vivre dans cette rue hantée, les habitants ont dû signer une décharge