Sarthe : un jeune médecin soupçonné du meurtre de plusieurs patients

 
 
Auteur de l'article La rédaction , publié le 12/01/2022 à 15:01
Illustration
Istock
Un ancien médecin d'une quarantaine d'années, radié depuis le mois d'octobre, a été mis en examen pour deux meurtres dans la Sarthe. Il aurait fait partir plusieurs patients, hospitalisés en soins palliatifs, en dehors de tout protocole défini et encadré.

A-t-il abrégé la vie de certains de ses patients ? Un ancien médecin a été interpellé et présenté à un juge d’instruction du Mans (Sarthe) jeudi 6 janvier, rapporte France Bleu. Il est suspecté d’avoir causé la mort d’au moins deux patients alors qu’il exerçait dans une clinique de la ville en 2020. L’ordre des médecins du département a donné l’alerte à la fin de la même année, « après des signalements effectués par d’autres praticiens du service de soins palliatifs », précise la radio.

Des prescriptions « douteuses » et des « dysfonctionnements graves »

Que sait-on de cet homme ? Il s’agit d’un médecin d’une quarantaine d’années, originaire de la région rouennaise, où il était retourné vivre. Il a été interpellé le mardi 4 janvier puis présenté à un juge d’instruction deux jours plus tard. Mis en examen pour deux meurtres, il a été écroué. C’est en réalité le signalement de ses collègues qui a permis son arrestation, explique France Bleu : l’ordre des médecins de la Sarthe passait en revue plusieurs dossiers de ses patients, dont deux ont révélé « des dysfonctionnements graves, avec des prescriptions jugées ‘particulièrement douteuses’ et sans que les protocoles prévus par la loi pour les patients en fin de vie soient respectés ».

L’enquête a duré plusieurs mois et, selon les informations d’Europe 1, 23 patients pourraient être concernés. Tous sont passés entre les mains du médecin et l’enquête doit désormais retracer son parcours professionnel, car il a exercé dans plusieurs régions. Radié, il ne pouvait plus exercer la médecine depuis le mois d’octobre 2021, mais a nié les faits qui lui étaient reprochés lors de sa garde à vue.