Affaire Grégory : Jacky, le "bâtard" de la famille Villemin

 
 
author
Auteur de l'article Planet.fr, publié le 12/09/2022 à 09:09
Affaire Grégory : Jacky, le "bâtard" de la famille Villemin
ÉPISODE 1. Bouc-émissaire de sa fratrie puis "chouchou” maudit du corbeau de la Vologne… Dans la famille Villemin, le personnage de Jacky, le "bâtard", est au cœur de nombreuses intrigues. Pourtant, on connaît assez peu de choses sur le frère aîné de Jean-Marie Villemin, ses origines, son véritable rôle au sein du clan et plus largement son implication dans la tentaculaire affaire Grégory.

Dans ce premier épisode de notre enquête, nous vous proposons donc de découvrir le destin singulier de Jacky Villemin, en remontant jusqu'au premier drame de la lignée : le meurtre de son grand-oncle, Etienne, et le mal-être de son père adoptif, Albert.

Bruyères, Lépanges, Aumontzey… Entre ces trois communes que sillonne la rivière de la Vologne, au cœur des Vosges, le poids de la vie et celui des secrets se transmettent d'une génération à l'autre.L'enclave est isolée, le confort rustre et la nature sauvage : c'est la campagne. Et au début des années 1980, personne ne sort du rang : on travaille dans l'une des usines de la région, de père en fils, de mère en fille, on se marie jeune, et on fait de nombreux enfants. Surtout, on ne déménage jamais trop loin de son clan.Le clan, justement, c'est bien là le centre névraglique de l'affaire judiciaire la plus rententissante de l'histoire française contemporaine : le meurtre du petit Grégory Villemin.Le 16 octobre 1984, le garçon de 4 ans est repêché, sans vie, des eaux glaciales de la rivière de la Vologne, dans les environs de Docelles (Vosges). Sa mère, Christine Villemin, avait signalé sa disparition quelques heures plus tôt. Son père, Jean-Marie, est anéanti. Depuis des mois, la petite famille était victime d'un corbeau au dessein vengeur, se moquant du père de famille, "le chef" devenu contremaître à l'usine Autocoussin, balançant à tout va rumeurs et secrets de famille et menaçant de s'en prendre à son enfant. Même si, depuis plus d'un an, le corbeau était devenu curieusement silencieux, l'impensable a fini par se produire. L'oiseau noir de la Vologne est donc prêt à tout. Et l'énigme judiciaire ne fait que commencer.Mais que se passe-t-il vraiment dans cette famille des Vosges ? Pour refaire l'histoire, il convient de remonter plusieurs années en arrière, aux origines de l'arbre généalogique du clan Villemin.

Albert Villemin, l'origine de la malédiction familiale ?

En 1981, les premiers à faire les frais des appels malveillants du corbeau, ce ne sont pas les parents de Grégory. Mais ses grands-parents : Monique et Albert Villemin. Le couple habite à Aumontzey, où ils ont eu six enfants : Jacky, Michel, Jacqueline, Jean-Marie (le père de Grégory), Gilbert et Lionel. Au début, les appels sont silencieux. Puis, "le gars" se fait de plus en plus bavard. Il en a gros sur le cœur, et voue une haine farouche à l'encontre de Monique, qu'il traîte de putain, et d'Albert, à qui il promet un destin bien funeste. Il semble en tout cas décidé à déterrer les secrets de famille et à "frapper là où ça fait mal". Le harcèlement va plus loin que ces communications mystérieuses : une fois, les pompes funèbres sonnent en plein jour chez les Villemin. On les a appelés pour leur raconter qu'Albert était décédé, ils viennent récupérer le corps. Un autre jour, le jeune fils du couple, Gilbert, qui n'a pas le téléphone, est interpellé par sa voisine, interdite : il faut qu'il se rende immédiatement à l'hôpital, son père vient de faire un arrêt cardiaque. Du moins, c'est ce qu'une dame vient de lui dire au téléphone… Mais sur place, Gilbert se rend bien compte qu'il n'en est rien.

Etienne Villemin : le drame de l'infanticide

"Le père, Albert, est très important. C'est l'une des cibles privilégiées du corbeau, qui veut le pousser à se suicider, quand il dit par exemple : 'tu te pendras comme ton père'", nous explique Thibaut Solano, journaliste et auteur de La Voix Rauque (ed. Les Arènes). Il s'est longuement penché sur les appels, les écrits, et les obsessions du "corbeau de la Vologne". Et pour lui, il ne fait aucun doute : "Albert est l'un des porteurs des secrets familiaux les plus douloureux". Ces secrets, il faut fouiller dans l'enfance trouble du patriarche pour les exhumer. Albert Villemin nait en 1930, dans cette même vallée de la Vologne qu'il va écumer sa vie durant. Un an plus tard, un premier drame ébranle sa famille. Le 14 février 1931, Jeanine Hollard, sa mère, fracasse le crâne de son grand-frère, Etienne, 4 ans, contre le fourneau, dans un accès de colère. Le petit garçon succombera le 21 février, à l'hôpital de Bruyères. Jeannine sera condamnée à 3 ans de prison. Le père, ouvrier, demandera le divorce,…