Meurtre de Lola : les révélations sur Dahbia B. après l'expertise psychiatrique

 
 
author
Auteur de l'article Planet.fr, publié le 09/12/2022 à 16:12
Meurtre de Lola : les révélations sur Dahbia B. après l'expertise psychiatrique
Après l'horrible meurtre de Lola, l'enquête poursuit son cours et le psychiatre en charge de l'expertise de la meurtrière présumée a rendu son rapport. Manipulatrice, violente, menteuse pathologique... Voici ce que révèle le spécialiste sur la personnalité de Dahbia B.

C’est une affaire qui a ému la France entière. Le 14 octobre dernier, Lola, jeune collégienne de 12 ans, était retrouvée sans vie dans le 19e arrondissement de la capitale, après avoir été torturée et violée.La principale suspecte, dénommée Dahbia B., était mise en examen quelques jours après. Âgée de 24 ans, elle a depuis pu être entendue par un expert psychiatre, dans le cadre de son examen psychiatrique.Selon le rapport rendu par le spécialiste au juge d’instruction chargé de l’enquête 28 novembre dernier, dévoilé par Le Parisien, la meurtrière présumée ne souffre "d’aucun trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli ou altéré son discernement". "La folie d’un acte ne doit pas subir l’amalgame de la nécessaire folie de son auteur", précise même l’expert.

Meurtre de Lola : le portrait psychiatrique de Dahbia B.

Ainsi, cette femme devrait pouvoir être jugée devant une cour d’assises. Cependant, si elle ne semble pas atteinte d’un trouble psychiatrique, le psychiatre affirme tout de même que les faits qui lui sont reprochés "sont bel et bien en rapport avec un trouble grave et complexe de sa personnalité".Le rapport dresse un portrait particulièrement sombre de la personnalité de la jeune femme. Elle aurait notamment "un haut potentiel narcissique psychopathique, c’est-à-dire une surestime de soi". Mais elle aurait également une "tendance à la manipulation ainsi qu’une structuration perverse de sa personnalité tentant de disséminer le trouble et la confusion chez son interlocuteur".En conséquence de ces troubles, elle est en proie au mensonge pathologique et serait même dénuée d’empathie et de culpabilité. Ainsi, la suspecte est, toujours selon l’expert, dans un constant "rapport de domination" avec son entourage. "L’autre devient sa proie, un moyen de jouissance sur lequel elle pose son emprise."

Meurtre de Lola : un crime en lien avec un ancien traumatisme

Selon le médecin, la personnalité de Dahbia B. pourrait…