L'affaire Colette Deromme, ce meurtre que l'on a failli attribuer à Xavier Dupont de Ligonnès

 
 
Auteur de l'article eleonore.bounhiol , publié le 19/04/2022 à 16:04
Roquebrune-sur-Argens
Abacapress
Il y a tout juste 11 ans, l’homme « le plus recherché de France » disparaissait après avoir été vu une dernière fois, quittant un hôtel de Roquebrune-sur-Argens, dans le Var. A quelques kilomètres de là, dans une ville que l’homme connaissait particulièrement bien pour y avoir vécu des années auparavant, une quinquagénaire disparait elle aussi, au même moment. Coïncidence troublante ? L’affaire fait jaser. Récit.

C’était le 15 avril 2011. Alors que les corps des cinq membres de sa famille n’avaient pas encore été découverts, ensevelis sous la terrasse du jardin familial, Xavier Dupont de Ligonnès quittait l’hôtel Formule 1 de Roquebrune-sur-Argens, dans le Var, après plusieurs jours de « cavale » organisée. Depuis, et malgré les recherches minutieuses des enquêteurs pendant toutes ces années, l’homme demeure introuvable. Et dans cette affaire, qui secoue la France depuis maintenant 11 ans, les mystères sont encore nombreux.

Mais peu se souviennent qu’à l’époque, une autre affaire s’est invitée dans l’affaire « Dupont de Ligonnès ». Il s’agit de la disparition de Colette Deromme, une femme de 52 ans.

Le 15 avril, soit tout juste un jour avant que Xavier Dupont de Ligonnès ne disparaisse des radars, la quinquagénaire, qui vit à Lorgues, dans le Var, disparait, elle aussi, mystérieusement.

Chez elle, le temps est curieusement figé : sa voiture est bien garée devant sa villa, et son sac à main, ses papiers d'identité ainsi que ses cigarettes et les clés de son véhicule et de sa maison sont retrouvés à l’intérieur.

Agée de 52 ans, Colette a pourtant tout d’une dame sans histoires. Cette maman de 4 enfants devenus adultes travaille dans un supermarché. Elle est divorcée depuis quelques années, et vit seule dans une coquette maison de Lorgues, une commune dans les hauteurs du Var.

Affaire Colette Deromme : des liens troublants

Les semaines passent, et toujours aucun signe de la mère de famille.

Jusqu’au 15 mai 2011. Un mois après la disparition de Colette, des vacancières font une macabre découverte, en contrebas d’une route départementale varoise. Alors qu’elles s’étaient arrêtées au borde la route pour admirer le paysage, elles perçoivent une odeur atroce. Il s’agit d’un corps, en état de putréfaction avancé, dissimulé quelques mètres plus bas.

Une enquête est immédiatement ouverte. A l’époque, et alors que la France vient tout juste d’apprendre l’horreur du drame de Nantes, les théories les plus folles se mettent à circuler : est-ce le corps de Xavier-Dupont de Ligonnès ? Ou de l’une de ses victimes ?   Car le père de famille a disparu à seulement quelques kilomètres de là, et ça n’est pas le seul lien qu’il entretiendrait avec cet endroit précis…