L’amour à mort : 7 couples infernaux qui ont défrayé la chronique criminelle

 
 
Auteur de l'article eleonore.bounhiol , publié le 21/11/2022 à 12:11
image
Un couple
Istock
Lancer le diaporama
En matière de crimes, certains tueurs font la paire. Et il existe des couples tristement célèbres : les diaboliques Michel Fourniret et Monique Olivier, les pervers Marc Dutroux et Michèle Martin, les inoubliables Bonnie et Clyde… Mais d’autres amants se sont aussi illustrés par leur cruauté, dans l’ombre. Du maléfique duo « Barbie et Ken » canadien aux tueurs des petites annonces, découvrez leurs profils glaçants.

On l’appelle « le syndrome de Bonnie & Clyde ». Ou encore « l’hybristophilie ». Le phénomène, en tout cas, semble largement répandu et désigne la propension qu’ont certaines femmes à tomber amoureuses… de serial killers. Ces « killer groupies » ont même fait l’objet de plusieurs études. Elles commencent, dans la plupart des cas, à échanger avec des criminels lourdement condamnés, dont certains parmi les plus notoires. Michel Fourniret, Nordahl Lelandais, Charles Manson et Ted Bundy ont ainsi reçu, derrière les murs de leur prison, de nombreux courriers féminins. Parfois, la relation épistolaire se concrétise au parloir.

Violet, une jeune femme russe, a entamé ainsi une relation avec le tueur en série américain Richard Ramiez, condamné pour 11 viols et 14 meurtres. Elle lui a même dédié un compte sur Twitter, et s’est fait tatouer le visage du célèbre prisonnier sur les fesses.

En 2014, Charles Manson, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité outre-Atlantique, épouse en prison une jeune femme de 26 ans qui se fait appeler « Star ».

Mais pourquoi ces tueurs au profil glaçant fascinent-ils au point d’éveiller un intérêt érotique ou amoureux chez certaines ?

Le pacte criminel de Michel Fourniret et Monique Olivier

« Il y a une part de fantasme et d’attrait pour l’interdit. Mais nombreuses d’entre elles m’ont fait une réponse étonnante. Pour elles, il s’agit d’une relation sécurisante. Elles sont amoureuses d’un homme qui se trouve derrière les barreaux et qui donc ne pourra jamais les menacer, les tromper », confie la journaliste Isabelle Horlans, auteure de « L’amour fou pour un criminel » (ed. Cherche Midi) dans les colonnes de Ouest France.

Lorsqu’il est incarcéré en 1987, Michel Fourniret publie une annonce dans le journal Le Pèlerin.

« Prisonnier aimerait correspondre avec personne de tout âge pour oublier solitude ».

Monique Olivier tombe dessus et lui écrit. Très vite, la relation s’enflamme. En quelques semaines, ils échangent pas moins de 217 courriers. Quand Fourniret lui parle de ses fantasmes de virginité, elle lui fait part de son soutien, et échaude même un « plan » pour leur avenir criminel à deux. D’abord, ils tueront ensemble le premier compagnon de Monique, qu’elle décrit comme violent. En contrepartie, elle l’aidera à trouver des jeunes vierges. Fourniret est libéré quelques mois plus tard. C’est le début d’une épopée macabre.

Comme Fourniret et Olivier, plusieurs couples se sont illustrés par leurs crimes de pair à travers l’histoire. Passion morbide, emprise mortelle ou folie commune : découvrez le portrait de ces 7 duos diaboliques dans notre diaporama.

1 / 7

Bonnie Parker et Clyde Barrow Creative Commons

Clyde Barrow et Bonnie Parker

Leur épopée passionnelle n’a cessé d’inspirer la culture populaire à travers les âges. Dans les années 1930, aux Etats-Unis, Clyde Barrow et sa compagne Bonnie Parker braquent plusieurs banques et s’enfuient, tuant plusieurs policiers sur leur passage. Les deux amants se cachent, avant de recommencer. Ils trouveront la mort ensemble, le 23 mai 1934, touchés par des tirs sur leur véhicule pris en embuscade par les forces de l’ordre.

2 / 7

Une peluche Istock

Le terrible « sacrifice » de Denise Labbé et Jacques Algarron

Denise Labbé, une mère célibataire, rencontre Jacques Algarron dans les années 1950, à Vendôme. Très vite, le jeune étudiant en philosophie la somme d’assassiner sa fillette de 2 ans et demi, en guise de « sacrifice » pour lui prouver son amour.

Denise finit par s’exécuter : elle noie son enfant dans une lessiveuse. En 1956, Denise Labbé est condamnée aux travaux forcés à perpétuité, et son amant Jacques Algarron à 20 ans de la même peine.

3 / 7

Des journaux Istock

Les tueurs des petites annonces

Raymond Fernandez et Martha Beck sont aussi surnommés les « Lonely Heart Killers », ou encore « tueurs des petites annonces ». C’est grâce à cette rubrique qu’ils se rencontrent à la fin des années 1940… Et qu’ils vont ensuite organiser une série de crimes macabres.

Dans le journal, Martha répond aux petites annonces de femmes solitaires, se faisant passer pour la sœur de Raymond, qu’elle fait passer pour l’homme idéal. Une rencontre est organisée : Raymond couche avec les femmes, et Martha, jalouse, les achève à coups de marteau. En 1951, le couple est condamné à la chaise électrique.

4 / 7

La maison du couple, dans la région de Manchester

Ian et Myra, l’horreur à deux

Ian Brady et Myra Hindley se rencontrent en 1961, en Grande-Bretagne. Lui est un jeune homme perturbé, adepte du nazisme et ultra-violent. Elle, une jeune femme meurtrie par son enfance sous la coupe de parents cruels et alcooliques.

Ensemble, ils vont attirer des enfants chez eux : Ian les viole, les tue, et Myra enregistre leurs cris, qu’ils réécouteront tous deux pendant leurs ébats.

En 1965, Ian et Myra sont arrêtés et condamnés à perpétuité. Myra est décédée en 2002. Ian Brady, lui, est aujourd’hui le plus vieux prisonnier du Royaume-Uni.