Xavier Dupont de Ligonnès : la liste de tous les endroits où il pourrait se cacher

 
 
Auteur de l'article eleonore.bounhiol , publié le 27/04/2022 à 15:04
image
Xavier Dupont de Ligonnès et sa fille Anne
Abacapress
Lancer le diaporama
Il a disparu depuis désormais 11 ans. Mais où se cache le principal suspect du quintuple meurtre de Nantes ? Dans l’ombre, la traque des enquêteurs pour retrouver Xavier Dupont de Ligonnès se poursuit. Voici la liste des pistes jugées les plus crédibles.

Les enquêteurs le surnomment « l’homme aux mille visages ». Car Xavier Dupont de Ligonnès, le père de famille soupçonné d’avoir massacré sa femme et ses quatre enfants en avril 2011 à Nantes, ressemble, en vérité, à n’importe qui.

Mais derrière son apparence de « Mr Tout le monde » se cache en réalité un sens de l’organisation criminelle à glacer le sang. Pendant des mois, l’homme aurait préparé son crime, mais aussi sa fuite. Il faudra ainsi plusieurs jours aux autorités pour remarquer l’absence de la famille, et découvrir l’horreur sous la terrasse. Ce jour-là, le 21 avril 2011, Xavier Dupont de Ligonnès est déjà loin.

Il est aperçu pour la dernière fois le 15 avril, à 16h10, quittant à pied un hôtel de Roquebrune-sur-Argens, dans le Var. Depuis, plus rien. 

Mais les enquêteurs, qui travaillent avec acharnement à sa recherche depuis 11 ans, ne perdent pas espoir. Beaucoup sont convaincus que le père de famille est encore vivant, et qu’il finira bien par être trouvé.

Xavier Dupont de Ligonnès : à quoi peut-il bien ressembler aujourd’hui ?

Ce qui inquiète toutefois les acteurs qui continuent de travailler sur ce dossier, c’est bien le passage du temps, justement. Comment savoir s’ils pourront reconnaître le visage de Xavier-Dupont de Ligonnès, après tant d’années ?

Aujourd’hui, le suspect est âgé de 61 ans. On le sait, un visage peut véritablement changer au fil des années, surtout passés 50 ans, car dès lors, le vieillissement, souvent, s’accélère. D’autre part, Xavier Dupont de Ligonnès, en fin stratège, aurait pu s’employer à changer radicalement d’apparence, afin de passer d’autant plus inaperçu pendant tout ce temps. Barbe, cheveux, lunettes… Rien n’est exclu.

En attendant, les enquêteurs continuent leur traque, même si, pour l’heure, Xavier Dupont de Ligonnès ne se trouve pas encore sur la liste des suspects recherchés par Interpol, le gendarme européen.

S’il se cache à l’étranger, donc, il faudra composer avec les accords d’extraditions existants, ce qui peut rendre impossible la tenue d’un procès sur le sol Français.

Découvrez dans notre diaporama les 6 endroits où l’homme pourrait bien se cacher.

1 / 6

Grimaud, dans le Var Istock

Dans le Var

C’est le dernier endroit où Xavier Dupont de Ligonnès a été vu « vivant ». Le 15 avril 2011, il quitte le parking de l’hôtel Formule 1 de Roquebrune-sur-Argens, où il séjournait. Nul ne sait précisément où il a pu se diriger, mais de nombreuses recherches ont été menées dans les environs : grottes, cavités, forêts et falaises ont été passées au peigne fin, sans succès.

Le père de famille a un lien particulier avec la région : avec sa femme Agnès, ils ont vécu plusieurs années à Sorgues, un village dans les hauteurs, dans les années 90.  Et puis, c’est à Grimaud, dans le même département, que le père de Xavier Dupont de Ligonnès possédait un moulin, où le suspect se rendait souvent avec sa famille quand il était enfant. 

En juin 2021, les enquêteurs ont ainsi décidé d’inspecter… un cimetière, à Grimaud même. L’homme aurait pu se glisser dans l’une des tombes, et se donner la mort. C’est en tout cas la conviction de Geneviève Delpech, médium.  

Mais rien n’a été trouvé parmi les sépultures.

2 / 6

Chicago Istock

Aux Etats-Unis

Au courant de l’été 2020, la plateforme Netflix diffuse dans le monde entier un épisode de la série Unsolved mysteries, consacré à l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès. Quelques jours plus tard, le producteur américain du programme raconte avoir reçu des centaines de messages de personnes affirmant qu’elles avaient croisé le suspect français.

La piste la plus intrigante se trouverait à Chicago : des gens auraient aperçu un homme ressemblant « trait pour trait » à Xavier Dupont de Ligonnès, et l’aurait pris en photo. « C’est frappant », assure le producteur. Le tuyau a été transmis aux enquêteurs.

Il ne serait pas étonnant que le fugitif ait décidé de refaire sa vie aux Etats-Unis. Pris de passion pour le pays, il y avait fait un long voyage dans les années 80 et y avait même vécu un temps.  

C’est même l’excuse qu’il donnera à ses proches, en 2011, au moment de disparaitre : « nous devons être exfiltrés aux Etats-Unis », signera t-il dans la fameuse lettre qui mentionne par ailleurs la terrasse fraîchement « rénovée ».

Autre indice troublant : le 7 avril 2011, quelques jours seulement après la tuerie, Xavier Dupont de Ligonnès envoie une photo de la Statue de la Liberté à son ami Michel Rétif, avec ses mots : « nous éteignons maintenant toute communication ».  

3 / 6

Chicago

En Asie

Xavier Dupont de Ligonnès pourrait bien se cacher en Asie, où il est facile de disparaitre dans la foule.

Depuis le Var, il aurait pu embarquer à bord d’un cargo, et rejoindre l’Asie. Il aurait pu refaire sa vie en Thaïlande, un pays qui interdit les extraditions.

Pour son ami Bruno de Stabenrath, Xavier Dupont de Ligonnès pourrait aussi se cacher dans « la zone des trois frontières » , entre le Laos, le Cambodge et le Vietnam.

4 / 6

Un monastère Istock

Dans un monastère

La piste du monastère est longuement étudiée par les enquêteurs. Xavier Dupont de Ligonnès aurait pu décider de s’y réfugier pour retrouver la foi et poursuivre sa quête de réponses métaphysiques, mais aussi pour se faire discret et bénéficier de la « clémence » des religieux.

Dès 2011, des vérifications sont effectuées dans un monastère du Vaucluse où XDDL avait l’habitude de séjourner pour des retraites spirituelles.

En 2018, le monastère de Roquebrune-sur-Argens est perquisitionné, après un signalement : des fidèles auraient reconnu le suspect. Mais il ne s’agissait que d’un frère.

Plus récemment, en mai 2021, l’abbaye traditionnaliste de Saint-Michel-en-Brenne, dans l’Indre, a également été fouillée. Le lieu était connu pour avoir abrité, en 1989, l'ancien milicien et collaborationniste Paul Touvier, condamné en 1994 pour complicité de crimes contre l'humanité.